Présentation du GESQ


Inscrire le Québec dans une approche internationale de solidarité Nord-Sud en économie sociale et solidaire
Par René Lachapelle, Président

Le GESQ a été créé en 1999 pour organiser à Québec la 2e Rencontre internationale de globalisation de la solidarité, une suite à la 1ère Rencontre tenue à Lima au Pérou en 1997. La Rencontre de Québec s’est conclue par l’invitation à la 3e Rencontre à Dakar en 2005 et une invitation à contribuer à la conférence sur l’économie solidaire dans le cadre du 2e Forum social mondial à Porto Alegre en janvier 2002.

Le GESQ a soutenu le Groupe sénégalais d’économie sociale et solidaire (GSESS) dans l’organisation de la Rencontre de Dakar. Cette démarche de préparation a été l’occasion de créer en décembre 2002 à Dakar, avec le Groupe réseau d’économie solidaire du Pérou (GRESP) et le GSESS, du Réseau intercontinental de promotion de l’économie sociale et solidaire (RIPESS). Dans le cadre du RIPESS, le GESQ a participé à Lux’09, la 4e Rencontre qui s’est tenue à Esch-sur-Alzette (Luxembourg) en avril 2009. Depuis, le GESQ poursuit avec des partenaires du Québec et d’autres continents la promotion de l’économie sociale et solidaire dans une perspective de solidarité Nord-Sud.

Le GESQ mise sur la vitalité de ses membres pour agir, chacun assumant la pleine responsabilité de son action internationale pour le développement et la promotion de l’économie sociale et solidaire. Dans le prolongement des États généraux de la coopération québécoise (2006), le GESQ s’est associé à la campagne de l’AQOCI sur la Déclaration de Paris (2005). Cet accord désigné comme l’Agenda internationale sur l’efficacité de l’aide (AIEA) menaçait l’accès à l’aide publique internationale des organisations de la société civile, notamment les organismes de coopération internationale (OCI). Sensibilisation et représentations politiques ont fait valoir l’importance des actions conjointes des sociétés civiles du Nord et du Sud.

Depuis 2005, le GESQ réalise des universités pour approfondir diverses dimensions de la solidarité internationale sur la base d’une économie solidaire. Comme le soulignait Gérald Larose à l’ouverture de l’université au Cegep de Jonquière e 2008, «les territoires sont d’abord des lieux d’ancrage, d’identité, de développement et d’exercice de la citoyenneté» et donc une composante essentielle de l’économie solidaire. Les universités d’été permettent de découvrir et de mettre en valeurs des initiatives dont la réputation demeure trop souvent confinée à une région. Elles permettent l’arrimage des régions aux réseaux québécois d’économie sociale et aux réseaux internationaux de l’économie sociale et solidaire.

Le devis de recherche
Le rapport de l’Université d’été 2015
Le rapport du Colloque de Développement et Paix