L'articulation grammaire-écriture

Articuler la grammaire à l’écriture peut sembler une évidence, tellement l’interrelation entre les deux domaines est importante. Pour l’enseignant, cela veut dire de parfois faire appel à des activités structurantes, soit celles où on assure un traitement distinct des activités grammaticales, dans le but d’être réinvesties en compétences à écrire. Plusieurs ont montré leur efficacité, comme la dictée zéro faute, l’approche inductive, l’enseignement stratégique, l’enseignement explicite ou l’atelier de négociation graphique.

Que ce soit de simples activités, ou des dispositifs plus complexes, ceux-ci ont tout avantage à impliquer une activité d’écriture authentique. L’authenticité des situations de compétences se manifeste différemment selon les champs disciplinaires (Duval et Pagé, 2012), mais en didactique du français langue première, le choix des textes à lire et à écrire, de même que le contexte de lecture/écriture, sont particulièrement ciblés (Bergeron et de Koninck, 2001). Le texte authentique, qu’il soit lu ou écrit, se caractérise par les finalités autres que didactiques du texte (communicatives et culturelles). Des finalités communicatives et culturelles sont susceptibles de susciter une motivation, par exemple, dans les SAE suivantes, lorsque les élèves conçoivent leur propre monstre (décris-moi ton monstre), créent un album collectif (les si mangent les –rais), font un concours de devinettes (Qui suis-je?) ou participent à la journée portes ouvertes à leur école (subordonnée introduite par qui dans le monde de la musique).

Si les activités structurantes s’inscrivent dans un contexte authentique d’écriture, on peut aussi envisager une articulation où les activités grammaticales – et donc les apprentissages – sont contextualisées dans une activité d’écriture. Ici, c’est l’authenticité des savoirs grammaticaux – c’est-à-dire leur véritable sollicitation en situation d’écriture – qui est mise de l’avant. Ainsi, la planification collaborative en faisant appel à des savoirs grammaticaux (Goeffre, 2013, 2014), la révision collaborative (Blain et Lafontaine, 2010), comme dans la SAE suivante sur la pièce Bashir Lazhar, ou l’enseignement explicite des stratégies d’écriture (Mueller, 2015) sont des activités contextualisées d’ALEG. Un tel enseignement explicite se trouve dans la SAE Décris-moi un animal.

À l’écrit, les aspects grammaticaux sont ceux qui occasionnent le plus de difficultés aux élèves du secondaire. En effet, aux épreuves ministérielles d’écriture, malgré des taux de réussite globaux relativement élevés (respectivement de 76,1 % et 82,8 % en 2e et 5e secondaire), on observe des difficultés persistantes aux critères de construction de phrases et d’orthographe (MELS, 2012). Écrire est une tâche cognitivement exigeante (Fleuret et Montésinos-Gelet, 2012) et les stratégies relatives à la grammaire sont, pour l’élève, difficiles à solliciter. Les enseignants auraient ainsi avantage à assurer une articulation grammaire-écriture dans la plupart de leurs planifications par séquences tout au long de l’année scolaire afin de faciliter la mobilisation de ces stratégies en situation d’écriture.

Certaines caractéristiques de la grammaire actuelle peuvent soutenir les compétences à lire et écrire, comme l’utilisation de la phrase de base (Boivin, 2012) ou des manipulations syntaxiques (Chartrand, Lord et Gauvin, 2010). Les fondements de cette grammaire, comme la compréhension des phénomènes langagiers (le discours rapporté dans Bonbons assortis ou les phrases au conditionnel présent utilisées conjointement avec l’imparfait dans Les si mangent les –rais et des grandes régularités, de même que l’utilisation du métalangage, visent justement l’emploi explicite de stratégies en situation de compétence. Par exemple, la SAE portant sur la bande dessinée Atsuko approfondit différents emplois syntaxiques de la virgule présents dans l’œuvre. Cette notion grammaticale est par la suite réinvestie dans l’activité de rédaction d’un commentaire appréciatif pour laquelle les élèves possèdent une grille de révision-correction leur permettant de vérifier les différents emplois de la virgule dans leur texte. La prise en considération de stratégies en situation de compétence par l’enseignant – entre autres par l’enseignement de stratégies d’écriture– est une des pratiques les plus efficaces pour développer les compétences disciplinaires (Graham et Perin, 2007).

writing-828911_1920

Voici ce qui est à privilégier:

1 – Cibler les notions liées à l’apprentissage de la grammaire et de l’écriture

2 – Élaborer et choisir des activités contextualisées ou structurantes articulant les notions ciblées en grammaire et en écriture

3 – Assurer une place centrale à la réflexion des élèves ainsi qu’à l’usage du métalangage adéquat

4 – Prévoir un réinvestissement explicite des activités structurantes au cœur d’activités d’écriture

5 – Enseigner ou mobiliser les stratégies d’écriture exigeant l’usage du savoir grammatical ciblé

6 – Planifier une progression de l’autonomie des élèves

7 – Évaluer ou observer de façon distincte la notion grammaticale ciblée lors de la performance finale

8 – Organiser une performance finale en écriture mobilisation la notion grammaticale enseignée

Cette façon de planifier permet de pallier les difficultés en écriture liées aux aspects

langagiers!

Une fiche aide-mémoire est également disponible pour vous guider  ⇒

Lire la suite →

Pour en connaître davantage consulter aussi :

Source de l’image : pixabay.com